Cycle
Face à l’œuvre : la peinture

Face à l’œuvre : la peinture
Face à l’œuvre : la peinture

En écho à la 14ème édition du Festival Corsica.doc (octobre 2021), nous proposons une déclinaison de sa programmation « Face à l’œuvre » autour de la peinture.
Sur Tënk, une Escale en 6 films, intitulée "Cinéma et peinture, regards croisés" est programmée du 21 janvier au 19 mars 2022.

Le cycle est proposé à la circulation en salle entre décembre 2021 et juin 2022.

La rencontre avec l’œuvre d’art conduit à une expérience à la fois commune à tous et pourtant tout à fait singulière. Que nous arrive-t-il face à l’œuvre ? Quels sens sont en éveil ? Quelles émotions surgissent, comment s’expriment-elles ? Quelles interprétations se dessinent ? Les cinéastes ont saisi ces expériences sensibles nées au contact de l’art.

"Quand la caméra se place face à l’œuvre d’art, elle l’observe d’un œil objectif et sous le projecteur d’une vision subjective. Ainsi de Danièle Huillet et Jean-Marie Straub parcourant les salles de Louvre, accompagnés par les commentaires de Paul Cézanne recueillis par le critique Joachim Gasquet. Leur visite guidée applique l’intransigeance du maître d’Aix à leur propre cinéma. Jean Eustache et Claudio Pazienza ont choisi deux primitifs flamands, Jerôme Bosh pour le premier et Brueghel l’Ancien pour le second, pour développer un discours qui tourne autour de l’une de leurs œuvres, Le jardin des délices et La chute d’Icare. Par des voies différentes, les deux films, à l’aide de détours et de détournements, finissent par se concentrer sur ce qui ressemble à la tache aveugle du tableau. L’exercice vire tantôt à l’émerveillement et tantôt à la perplexité dès lors qu’il devient celui d’enfants invités à raconter ce que leur inspire une peinture que nous ne découvrirons qu’à la fin de Regards libres, film de Romain Delange.
Dans ce parcours à travers les diverses modalités de réception d’une œuvre artistique, les collectionneurs ont eux aussi leur mot à dire. C’est ce dont ne se privent pas les époux Bielutine, vieux Russes mythomanes détenant dans leur appartement moscovite un nombre impressionnant de Titien, Rubens, Léonard de Vinci, Vélasquez, etc. qui auraient été acquis par leur grand-père. Ils sont éclairés à la bougie sans que l’on sache si c’est parce que les fusibles ont sauté ou pour procurer à leur exposition
personnelle une atmosphère à la Georges de La Tour. Dans ce voyage cinématographique à travers la peinture, les artistes eux-mêmes figurent en bonne place. David Hockney est le sujet de A Bigger Splash, film de Jack Hazan qui porte le même nom qu’une toile de l’artiste britannique et qui mêle habilement vie amoureuse, work in progress et mondanités en empruntant aux codes esthétiques de son modèle. Le portrait de Kim Tschang Yeul, l’homme qui peint des gouttes d’eau la majeure partie de sa vie,
est dressé par son propre fils qui sollicite leur famille afin de raconter l’histoire hors du commun de cet artiste coréen. Celle de l’Iranien Bahman Mohasses n’est pas moins exceptionnelle. Mitra Farahani s’attache à enregistrer les derniers mois de son compatriote occupé à exécuter sa dernière commande passée par deux jeunes admirateurs. Fifi hurle de joie en narrant ces péripéties. Et même lorsqu’il ne s’agit plus de hurler, la joie reste le motif secret, parfois mélancolique, de ces documentaires partis à la conquête de l’art".

Hervé Gauville

Organisateur

Documentaire sur grand écran | En partenariat avec Corsica.doc, Tënk, avec le soutien de la Cinémathèque du documentaire

Intervenants

En présence de Hervé Gauville (critique de cinéma) .

Films

Tableau avec chutes
Claudio Pazienza
Belgique, 1997, 103’ / Beta SP, DVD
Enquête autour d’une image - Le Paysage avec la chute d’Icare - et des innombrables questions qu’elle fait surgir. En voici une qui pourrait les contenir toutes "qu’est-ce que regarder"?
Distribution : Documentaire sur grand écran
Une visite au Louvre
Danièle Huillet, Jean-Marie Straub
France, Italie, 2003, 48’
Promenade dans les allées du Louvre sur un texte du poète et critique d’art Joachim Gasquet rapportant des propos entre lui et Cézanne. On montre successivement une sculpture (La Victoire de Samothrace) et quatorze tableaux. Parcourant le musée, Cézanne livre à Joachim Gasquet sa vision de la peinture à travers son regard sur les tableaux, des primitifs italiens à Courbet.
A Bigger Splash
Jack Hazan
Royaume-Uni, 1976, 106’
À travers un fascinant mélange de fiction et de documentaire, A Bigger Splash nous emmène dans l’univers du peintre anglais David Hockney et révèle les liens qu’entretiennent la vie et la création. David Hockney, entouré de ses amis, jouent leur propres rôles et interprètent des scènes de la vie qui leur sont arrivées. Ou pas…
Sortie nationale le 06/10/2021 | Distribution : Les Films du Camelia
Regards libres
Romain Delange
France, 2005, 11’
Des enfants observent, commentent et critiquent un tableau.
Distribution : L’Agence du court-métrage
Fifi hurle de joie
Mitra Farahani
Etats Unis, 2013, 96’
Bahman Mohasses est un peintre iranien exilé à Rome depuis 1954. Lorsque Mitra Farahani le retrouve dans sa chambre d’hôtel italienne, c’est un vieil homme, dandy solitaire, qui ne crée plus (…)
Sortie nationale le 02/10/2013 | Distribution : Urban distribution
L’homme qui peint des gouttes d’eau
Oan Kim, Brigitte Bouillot
France, Corée du Sud, 2020, 79’
Un vieux sage coréen, à travers le regard de son fils français, qui tente de comprendre l’obsession d’une vie : peindre des gouttes d’eau… Le symbole d’une certaine sérénité asiatique qui va peu à peu dévoiler une origine tragique, ancrée dans l’Histoire de son pays.
Bielutine, dans le jardin du temps
Clément Cogitore
France, Allemagne, 2011, 40’
Reclus dans leur appartement de Moscou, Ely et Nina Bielutine veillent jalousement sur une des plus importantes et mystérieuses collections d’art de la Renaissance. Entourés de leur corbeau et de leurs chats et sous l’œil de Léonard, Titien, Michel-Ange et Rubens, Ely et Nina évoluent dans une fiction, un monde qui n’existe que pour eux.
Le Jardin des délices de Jérôme Bosch
Jean Eustache
France, 1980, 30’
Le cinéaste Jean Eustache a reconstitué une soirée entre amis - dont il fut le témoin voici quelques années - au cours de laquelle un amateur de Jérôme Bosch, Jean-Noël Picq, psychanalyste, s’était livré à un commentaire très personnel du Jardin des délices.