Mois du film documentaire
Femmes d’Iran, devant et derrière la caméra
Mois du film documentaire 2021

Femmes d’Iran, devant et derrière la caméra
Femmes d’Iran, devant et derrière la caméra

C’est sur la terre des femmes que nous conduisent les six fascinants portraits que contient ce programme. Des films évoquant la force et l’intelligence de figures se battant sur tous les fronts dans la sphère sociale comme dans l’espace privé. Portés par le talent de réalisatrices engagées, ils sont autant de signes du renouveau du cinéma documentaire dans la région.

Un cycle de six films réalisés par des cinéastes iraniennes, proposé par Documentaire sur grand écran, sur une idée originale de Mathieu Lericq et Sahar Salahshoor, en coopération avec le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, en partenariat avec Images en bibliothèques, dans le cadre du Mois du film documentaire 2021.

Intervenants

Avec la présence possible de Mathieu Lericq (enseignant chercheur en cinéma), Sahar Salahshoor (cinéaste) .

Films

Profession : documentariste
Shirin Barghnavard, Firouzeh Khosrovani, Farahnaz Sharifi, Mina Keshavarz, Sepideh Abtahi, Sahar Salahshoor, Nahid Rezaei
Iran, 2014, 80’
À la lumière des récentes crises politiques, sociales et économiques en Iran, sept réalisatrices de documentaires parlent de leurs vies personnelles et professionnelles, de leurs préoccupations et de leurs défis.
Distribution : Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir
La roue de la vie
Sahar Salahshoor
Iran, 2009, 26’
Nasrin est chauffeuse de taxi dans l’immense cité chaotique de Téhéran. Conductrice joyeuse et pleine de vie, elle doit s’imposer car les conventions de la société traditionnelle iranienne n’acceptent pas qu’une femme occupe cet emploi. L’habitacle du taxi agit comme révélateur de cette société. Le regard acéré et lucide de la cinéaste révèle la lutte quotidienne de cette travailleuse acharnée, mère divorcée élevant seule son fils.
Entre les flots
Mina Keshavarz
Iran, Norvège, Liban, 2016, 90’
Roghieh, jeune femme iranienne, a ouvert dans son village un bazar où plusieurs centaines de femmes viennent tous les jours vendre de la nourriture et de l’artisanat pour gagner leur vie. Tout se passe bien jusqu’à ce que le maire du village décide de détruire le bazar et de construire un centre commercial. Mais Roghieh ne cédera pas sans combattre…
Falaknâz
Sahar Salahshoor
Iran, 2015, 59’
Falaknâz, une femme à la force de caractère étonnante, vit avec ses deux filles dans un petit village de l’ouest de l’Iran. Depuis les nombreuses activités agricoles jusqu’aux élections, le film rend compte, au fil des saisons, de la vie quotidienne de la famille.
Terre Mère
Mahnaz Afzali
Iran, 2017, 52’
Le film porte sur un épisode de la vie de Hayedeh Shirzadi et de son mari, dans ses aspects intimes et publics. Le couple tente de mettre fin au déversement et à l’enfouissement des ordures urbaines. Grâce à leur engagement total dans la cause environnementale, et à l’appui de leur travail et de leur ingénuité, 100% des déchets de la ville de Kermanshah sont désormais recyclés. Au sein de leurs usines de traitement des déchets, les ordures biologiques sont transformées en fertilisants organiques.
Peuple de l’eau
Azadeh Bizargiti
Iran, 2018, 30’
Sakineh Karimbadi est l’une des trente femmes de l’île de Hengam, située dans le golfe persique, qui vivent de leur pêche quotidienne. La cinéaste la suit au cours d’une journée au sein de cette micro-société. L’auteur saisit aussi bien la beauté des paysages que celle des traditions humaines. Derrière ce portrait éthéré se cache une situation amère.