Viaggio nella dopo-storia
Vincent Dieutre
France, 2015, 81 min

Viaggio nella dopo-storia, Vincent Dieutre, France, 2015, 81’

Synopsis

Hanté par Rossellini et le Voyage en Italie qu’il a vu enfant, un cinéaste se rend à Naples pour y préparer son Exercice d’Admiration. Loin du remake, un autre film se dessine peu à peu, entre crise des déchets et mariage gay, fiction et documentaire.

À propos du film

"Alex et Tom s’aiment, se sont aimés, se sont mariés, ne s’aiment plus, encore. Ils arrivent à Naples, quelques jours de vacances au soleil loin de Londres et du business, on ne sait pas ; On croit comprendre qu’ils ont hérité d’une maison mais peut-être qu’ils sont simplement là pour repartir à zéro, ou divorcer, en finir une bonne fois pour toutes, rompre, se quitter, faire la paix.

 

Alex et Tom ce sont Simon Versnel et Vincent Dieutre, deux vraies personnes : un vrai couple séparé, deux simples “sexfriends”, deux vieux amis ? Deux personnages en même temps, reflets de ceux d’un chef d’œuvre du cinéma italien en train de se re-tramer sous nos yeux. Voyage to Post-History. Vincent regarde l’Italie d’aujourd’hui et la filme en fragiles images sépia, en VO anglaise ; Vincent filme comme on respire, ne cachant rien, surtout pas les détails, les petits riens du quotidien, les coutures. Le film sera aussi l’histoire de ce que pourrait être un film tourné en miroir au Voyage en Italie de Roberto Rossellini (1954). Revenir sur les traces, comprendre ce qui nous a “fabriqué”, voir et mesurer ce qui a changé, n’a pas changé. Vincent appelle cela ses Exercices d’Admiration, après Kawase, Cocteau et Eustache, ce sera son quatrième exercice (EA4), une façon de filmer DANS le cinéma, de prendre le cinéma comme personnage. Fort de son bon droit d’inventaire, Vincent convie néanmoins Maître Emmanuel Pierrat, célèbre avocat spécialiste du droit d’auteur, à lui exposer les règles du jeu…

 

Si le Voyage en Italie en demeure la matrice, le titre de ce nouveau film ramène Vincent à Pasolini – Viaggio nella Dopo-Storia. Omniprésent et lumineux chez Rossellini l’européen, le sentiment de l’Histoire inquiète toute l’œuvre de Pasolini, de la poésie à la politique. Vincent Dieutre est bel et bien un héritier des deux, dans le sens où sa poétique est, elle aussi, toujours en prise avec le temps, la catastrophe, l’actualité, et dans une forme de résistance cependant. Le film nous plonge dansla dopo-storia, ce temps déjà annoncé par Pasolini dès le milieu des années soixante, nouvelle ère de la posthistoire, qui efface les spectres et les récits du passé, provoque le nivellement le plus atroce, celui de corps et de chairs sans mémoire, hébétés devant la télé, le foot, les I-pad et la politique/violence. Les droits de remake du réel se négocient à prix d’or, tandis que les lucioles de l’espoir s’éteignent une à une, comme le  dépeint aussi Vincent Dieutre dans son récent Orlando Ferito. Sur fond d’Europe en panne, les deux œuvres dialoguent, caressent l’idée d’un nouveau principe/espérance."

 

Olivier Steiner, écrivain et journaliste

Générique

Titre

Viaggio nella dopo-storia

Réalisateur

Vincent Dieutre

Image

Arnold Pasquier

Montage

Dominique Auvray

Production

La Huit Production

Pays

France

Année

2015

Distinctions

Film présenté au Forum de la Berlinale 2015.