Acid Forest
    Rugilė Barzdžiukaitė
    Lituanie, 2018, 63’
    Pouvez-vous imaginer un site touristique où l’on vient voir une forêt qui se meurt ?
    Dans ce coin de Lituanie, se tenait une ancienne forêt de pins. Cette forêt est devenue l’un des hautes lieux de ce que l’on appelle le "tourisme noir". Un ahurissant phénomène de notre société, vu ici sous le regard goguenard du cormoran.
    Au cœur du Bois
    Claus Drexel
    France, 2020, 90’
    Dans le légendaire Bois de Boulogne, Samantha, Isidro, Geneviève et les autres font le plus vieux métier du monde.
    Entre confidences, humour et dignité, ils et elles nous emmènent au cœur du Bois…
    Au milieu de nulle part
    Anna Frances Ewert
    Allemagne, 2010, 15’
    Des enfants jouent en forêt et, progressivement, à partir de quelques branches, partent pour des voyages imaginaires.
    La Bête lumineuse
    Pierre Perrault
    Canada, 1983, 127’
    Au Québec, trois amis partent à la chasse à l’orignal. Mais le gibier n’est pas toujours celui que l’on croit… Une partie de chasse comme métaphore des relations humaines, où l’individu est confronté à ses plus bas instincts mais aussi à la sublimation de ses désirs.
    L’Heure Mélusine
    Claus Drexel
    France, 2019, 90’
    Il était une fois un bois encerclé par la ville. Ce bois fut jadis une forêt, mais qui s’en souvient ? Aujourd’hui, circulant dans les veines du bois, d’étranges personnages y font commerce de leurs corps. Si l’on veut exhumer la légende du lieu, c’est à Eux qu’il faut s’adresser. Eux qui sont devenus Elles, pour mieux servir la nuit et ses transformations. Elles sont les seules à connaître l’entrée du labyrinthe et en taisent la sortie.
    Sud eau nord déplacer
    Antoine Boutet
    France, 2014, 110’
    Le Nan Shui Bei Diao – "Sud Eau Nord Déplacer" – est le plus gros projet de transfert d’eau au monde, entre le sud et le nord de la Chine.Tandis que la matière se décompose et que les individus s’alarment, un paysage de science-fiction, contre nature, se recompose.
    Tapiola
    Markku Lehmuskallio
    Finlande, 1974, 14’
    Un film qui dénonce la déforestation où Markku Lehmuskallio nous communique son expérience de sylviculteur et son pessimisme.