Ce qu’il reste de la folie
    Joris Lachaise
    France, 2014, 93’
    C’est à l’hôpital psychiatrique de Thiaroye, près de Dakar, que nous introduit la caméra de Joris Lachaise, en compagnie de l’écrivain et cinéaste Khady Sylla. À travers son expérience vécue de la maladie mentale et de ses traitements, le film cherche à explorer une histoire récente du Sénégal : l’indépendance du pays et la décolonisation de la psychiatrie.
    Funambules
    Ilan Klipper
    France, 2020, 75’
    Quelle est l’épaisseur du mur qui nous sépare de la folie ? Personne ne sait de quoi il est fait. Personne ne sait jusqu’à quel point il résiste. Aube, Yoan, Marcus, eux, ont franchi le seuil. Ils vivent de l’autre côté du miroir.
    Habités
    Séverine Mathieu
    France, 2021, 85’
    Le film raconte ma rencontre avec quatre habitants de Marseille qui vivent entre raison et déraison. Considérés comme ’malades’ par la société, ils habitent néanmoins en ville. Entre des périodes d’hospitalisation, ils tentent de s’élancer vers le monde commun, de l’habiter, d’y être présents, alors qu’ils sont eux-mêmes habités, étrangers, inspirés.
    Histoires autour de la folie
    Bernard Et Paule De Solliers Et Muxel
    France, 1993, 105’
    Lame de fond
    Perrine Michel
    France, 2013, 57’
    La vente d’une maison. Des souvenirs d’enfance. Des réminiscences prégnantes.
    Une machination titanesque, des perceptions tentaculaires.
    Un œil à l’intérieur. Pour affronter l’extérieur.
    Mental
    Kazuhiro Soda
    États-unis, Japon, 2008, 135’
    Mental s’ouvre en franchissant physiquement, caméra à l’épaule, le seuil de la clinique psychiatrique du Docteur Yamamoto, Chorale Okayama.
    Les Messieurs
    Patric Chiha
    France, 2005, 52’
    À la Maison des Artistes de l’hôpital psychiatrique de Gugging, près de Vienne en Autriche, quatorze peintres vivent et travaillent. L’écriture, souvent au centre de leurs œuvres, inspire ce film qui rend compte de leur rapport singulier et émouvant à la folie, à l’art et à l’Autriche, marqué par le souvenir et construit dans l’isolement.
    Monsieur William, les traces d’une vie possible
    Denis Gaubert
    France, 1999, 25’
    Délire de personnalités ? Imaginaire de fiction ? En tout cas, une bien étrange affaire.
    Professeur Yamamoto part à la retraite
    Kazuhiro Soda
    Japon, 2020, 119’
    À quatre-vingts-ans passés, à l’heure de prendre sa retraite, le Docteur Yamamoto confie au cinéaste Kazuhiro Soda  : « j’ai consacré ma vie à coexister avec mes patients, mais en faisant ça, c’est elle que j’ai sacrifiée ».