Adieu l’hiver
    Helke Misselwitz
    RDA, 1989, 112’
    Peu avant l’effondrement de la RDA, Helke Misselwitz voyage en train d’un bout à l’autre du pays, interrogeant des femmes est-allemandes d’âges et de milieux divers. Elles lui dévoilent leurs frustrations personnelles et professionnelles, leurs espoirs et leurs aspirations – et, ce faisant, dessinent le portrait d’une société en mutation.
    Allemagne année zéro
    Roberto Rossellini
    Italie, 1947, 78’
    Dans l’Allemagne dévastée d’après-guerre, une famille à la dérive. Seul Edmund, un enfant, paraît s’accommoder des misères de son temps. Il tente d’assumer la subsistance des siens.
    La Cuisine
    Jürgen Böttcher
    RDA, 1987, 42’
    La caméra suit des travailleuses accomplissant leurs tâches quotidiennes dans une grande cantine. Elles ne nous sont pas présentées, ne s’adressent pas à la caméra, et nous n’apprendrons jamais leur nom. Se dessine ainsi un portrait universel, simple et rayonnant d’êtres effectuant un travail rébarbatif et difficile.
    La Maison / 1984
    Thomas Heise
    Allemagne - RDA, 1984, 53’
    Ce film a été tourné en 1984 au Conseil municipal de l’arrondissement Berlin-Centre en RDA, dans la Maison Berolina, située sur la place Alexandre.
    Élégie de la traversée
    Alexandre Sokourov
    Russie, 2001, 47’
    Gasherbrum, la montagne lumineuse
    Werner Herzog
    Allemagne, 1985, 45’
    En juin 1984, Herzog suit Reinhold Messner alors qu’avec son acolyte Hans Kammerlander il se lance dans un nouveau pari : faire l’ascension en une seule expédition de deux des sommets de la chaîne Gasherbrum au Pakistan.
    Heimat Is A Space In Time
    Thomas Heise
    Allemagne, Autriche, 2019, 218’
    Thomas Heise a longtemps travaillé sur ce film, dans lequel il évoque son histoire familiale au travers des bouleversements de l’Allemagne du XXe siècle. Tourné dans un noir et blanc saisissant, Heimat Is a Space in Time est une réflexion sur les notions de terre natale et d’identité. Le cadrage précis et l’utilisation puissante de la voix off suggèrent une redéfinition de l’espace et de la mémoire.
    Les Jours sous terre
    Jiska Rickels
    Pays-Bas, 2003, 25’
    Impressions rythmiques d’une des dernières mines de charbon encore en service en Allemagne.
    Martha
    Jürgen Böttcher
    RDA, 1978, 48’
    La vie de Martha Bieder, l’une des dernières et légendaires "Trümmerfrauen" ("femmes des décombres") de Berlin. Martha parle de son travail et de certains moments de sa longue vie, riche en labeur. On perçoit également, de manière personnifiée et indirecte, la dimension historique des 30 dernières années de notre histoire.
    (Cinéma du réel, 1986)