Vacances prolongées
    Johan Van Der Keuken
    Pays-Bas, 2000, 142’
    Le cinéaste Johan van der Keuken apprend en octobre 1997 que son cancer de la prostate se généralise et que son espoir de vie se limite à quelques années. Sur l’instigation de son épouse Noshka van der Lely, il décide de consacrer ce temps précieux qui lui reste au plaisir du voyage.
    Valvert
    Valérie Mréjen
    France, 2008, 52’
    Valvert est un hôpital psychiatrique de Marseille créé au milieu des années 70, dans un esprit d’ouverture et de libre circulation.
    Vampyr
    Carl Theodor Dreyer
    France, Allemagne, 1932, 71’
    Van Gogh
    Alain Resnais
    France, 1948, 18’
    La vie du peintre vue à travers des peintures volontairement privées de leurs couleurs. Le Van Gogh de Resnais est le premier grand film sur l’artiste.
    Van Gogh, la revanche ambigüe
    Abraham Segal
    France, 1989, 70’
    Vision critique du culte voué à Van Gogh aujourd’hui, habilement utilisé par le marché de l’art pour faire de l’artiste maudit le peintre le plus cher du monde. On mesure le contraste aberrant entre le dénuement de sa vie tragique et sa gloire posthume, entre le destin d’un peintre méconnu et les prix atteints par ses toiles.
    Vanya, 42ème rue
    Louis Malle
    États-Unis, 1994, 119’
    L’histoire de la production et des repetitions "d’Oncle Vania" de Tchekhov mis en scene par Andre Gregory dans un theatre desaffecte, le New-Amsterdam.
    Varda par Agnès
    Agnès Varda
    France, 2018, 115’
    Le documentaire d’Agnès Varda se concentre sur son parcours de réalisatrice, offrant un éclairage personnel sur sa démarche de création qu’elle appelle la "cinécriture". À travers ses Leçons de cinéma et conférences entre Paris, Pékin et Los Angeles, cette fascinante conteuse nous propose une incursion dans son univers, l’opportunité pour elle de continuer à semer des désirs de cinéma.
    Veillées d’armes
    Marcel Ophuls
    France, Allemagne, 1994, 233’
    Premier Voyage (92 mn) - Deuxième Voyage (141 mn)
    Vent d’est
    Jean-Pierre Gorin, Jean-Luc Godard
    Italie, France, Allemagne, 1969, 90’
    Les structures, les clichés et les stéréotypes du western traditionnel servent de support à une réflexion sur la lutte des classe, la théorie et la pratique révolutionnaire, la démystification du cinéma bourgeois.