Pandore
Virgil Vernier
France, 2010, 35 min / Couleur

Pandore, Virgil Vernier, France, 2010, 35’

Synopsis

À l’entrée d’une boîte de nuit à Paris, de minuit à l’aube, le physionomiste règne. Le petit peuple des noctambules est soigneusement trié au seuil d’une promesse de nuit d’ivresse. In ou out ?

À propos du film

"Amorcée avec "Flics" puis "Commissariat", Virgil Vernier poursuit ici son entreprise d’exploration de nos passions. Manifeste de son obstination d’observateur et de moraliste, l’exergue ici, empruntée à La Bruyère : "La ville est partagée en diverses sociétés, qui sont comme autant de petites républiques, qui ont leurs lois, leurs usages, leur jargon, et leurs mots pour rire." Au programme de cette sentence fait suite un cadre fixe : extérieur nuit, entrée d’une boite de nuit à Paris. Un "physionomiste" est à l’ouvrage. Il trie, se retire derrière le silence du verdict, argumente quelquefois, distribue, toujours généreux, des sentences. Dieu n’est pas mort, Dieu, c’est lui. Voilà découpé un petit, tout petit, théâtre des passions. L’enjeu, dérisoire, décisif : in ou out. D’où ? Du paradis d’un soir.
Sur ce seuil, la caméra aussi s’entête et enregistre le défilé des requêtes. Chacun y va de sa stratégie pour convaincre le tout-puissant : pose, snobisme, humour, mesquinerie, dépit, agressivité, orgueil blessé. Comme dans une fameuse et semblable séquence du "After Hours" de Scorsese, c’est à Kafka qu’on songe, et pareillement rendu à son comique, c’est-à-dire à sa vraie violence, descriptive, impitoyable, en prise directe avec l’arbitraire de l’application de la loi. À l’image de ces bas-reliefs aux pourtours de certains sarcophages antiques, "Pandore" laisse se dérouler une petite foule de noctambules qui se poussent du coude à la recherche de l’élection."
Nicolas Féodoroff et Jean-Pierre Rehm, Catalogue du FIDMarseille 2010
 
"Le titre du film « Pandore » évoque bien sûr le mythe du même nom mais il reprend plus largement une thématique souvent abordée dans les récits antiques : la quête d’un haut statut (de dieu ou de demi-dieu) par des individus faibles qui doivent braver des obstacles symbolisés par des monstres, des entités fortes. Virgil Vernier développe une jolie aptitude à manier le rythme pour ne jamais laisser les images porter seules le film, elles soutiennent les propos comme les masques grecs soulignaient les caractères des personnages." Fanny Barrot, Format Court

Générique

Titre

Pandore

Réalisateur

Virgil Vernier

Image

Ilan Klipper
Virgil Vernier

Son

Ilan Klipper
Virgil Vernier

Montage

Eulalie Korenfeld

Production

Kazak Productions

Distribution

Documentaire sur grand écran

Pays

France

Année

2010

N° de visa

125755

Distinctions

2010 : FID (Festival International du Documentaire) - Marseille (France) - Compétition Française
2011 : ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) - Cannes (France) - Programmation 2011