Panamarenko
Claudio Pazienza
Belgique, France, 1997, 27 min / Couleur

Panamarenko, Claudio Pazienza, Belgique, France, 1997, 27’

Synopsis

Portrait de l’artiste belge Panamarenko, ce film tente de mettre en relief les ramifications de sa poétique. Ses œuvres et performances, cigare volant, feuille flottante, mouette artificielle, archéoptérix, hanneton volant, etc… font penser à Buster Keaton, à Icare

A la fois évidente et complexe, ramifiée, multiple, ironique… l’œuvre de l’artiste anversois Panamarenko semble faire - depuis une trentaine d’années - la joie des grands et des petits. Mais qu’on se détrompe : malgré son apparente lisibilité, elle demeure inclassable et joyeusement iconoclaste. Elle ne peut donc se résumer à une illustration du mythe d’Icare ni à la volonté de bricoler appareils et machines capables de se mouvoir - avec ou sans la force de l’homme, sur terre comme sous l’eau - pour étonner chameaux et poissons. Non, l’ensemble des objets de Panamarenko posent sans cesse la question des limites, des frontières, des passages. Passages de la contemplation à l’acte, de la matière à la forme, de l’art à la science (et vice versa). Il s’agit d’une perpétuelle invitation à…
Il serait illusoire de vouloir rendre compte et d’épuiser - dans ce projet de film - les multiples facettes de l’homme et de son œuvre. Il suffirait d’en apercevoir la poésie obstinée, la beauté, dans une démarche aussi limpide, joyeuse et ironique que le squelette de son premier "Avion" (1967).

À propos du film

Dossier de presse

Générique

Titre

Panamarenko

Réalisateurs

Image

Son

Montage

Distribution

Pays

Belgique, France

Année

1997

N° de visa

123646