Les Statues meurent aussi
Chris. Marker, Alain Resnais
France, 1953, 30 min

Les Statues meurent aussi, Chris. Marker, Alain Resnais, France, 1953, 30’

Synopsis

Ce documentaire interroge les relations entre art nègre et culture blanche. Douze ans de censure pour un film considéré comme un brûlot anticolonialiste.

À propos du film

À travers l’art africain et plus spécialement les statues et les masques nègres, Alain Resnais filme une virulente diatribe contre les insoupçonnables méfaits du colonialisme qui a détruit toute la richesse intime des créations authentiques, liées à la spécificité de la culture panthéiste et magique de ces régions pour la remplacer, petit à petit, par une activité artistique commerciale, mercantile et de série…
La commission de contrôle refuse au film son visa du fait notamment de son discours anticolonialiste. En 1964, une copie tronquée du film sort toutefois sur les écrans. Longtemps interdit puis mutilé par la censure française, le film n’a rien perdu de son actualité…
"On nous avait commandé un film sur l’art nègre. Chris Marker et moi sommes partis de cette question : pourquoi l’art nègre se trouve-t-il au Musée de l’Homme, alors que l’art grec ou égyptien est au Louvre ? " Alain Resnais.
Commentaire de Chris Marker, dit par Jean Negroni.
(Bonus de "Hiroshima mon amour")

Générique

Titre

Les Statues meurent aussi

Réalisateurs

Chris. Marker
Alain Resnais

Image

Ghislain Cloquet

Son

René Louge

Production

Présence africaine

Distribution

Présence africaine

Pays

France

Année

1953