Le Songe de la lumière
Victor Erice
Espagne, 1992, 134 min

Le Songe de la lumière, Victor Erice, Espagne, 1992, 134’

Synopsis

Ceci est l’histoire d’un artiste (Antonio López) qui essaye de peindre, pendant le temps de maturation de ses fruits, un arbre – un cognassier – qu’il a planté dans le jardin d’une maison qui lui sert désormais de studio.

Ceci est l’histoire d’un artiste (Antonio López) qui essaye de peindre, pendant le temps de maturation de ses fruits, un arbre – un cognassier – qu’il a planté dans le jardin d’une maison qui lui sert désormais de studio.
Tout au long de sa vie, presque comme une nécessité, le peintre a travaillé sur le même thème à plusieurs reprises. Chaque année, avec l’arrivée de l’automne, cette nécessité se représente. Ce que l’artiste n’a jamais fait en peignant l’arbre, c’est introduire les rayons du soleil entre ses feuilles. Étant donné le style qui lui est propre – style qui se fonde sur l’exactitude – cette tentative est de grande difficulté et se révèle, selon les circonstances, quasi impossible. Cette fois, il décide de l’affronter. Mais il fait comme il en a l’habitude, avec une tension raisonnable, sans même chercher à tout prix à finir le tableau, sans autre désir que de passer quelques semaines avec l’arbre fragile et généreux.
Le film rend compte de cette expérience et, parfois, de tout ce qui gravit autour de cette maison et de ce jardin (le passage des jours, la routine quotidienne des personnes et des choses…).
Un espace et un temps – l’automne 1990 – où l’artiste travaille, et où les fruits de l’arbre parviennent à leur plus grande splendeur.
Quand l’hiver s’annonce, les coings mûrs, en tombant des branches, mettent un point final au travail du peintre et commencent dans la terre leur processus de décomposition. C’est alors qu’une nuit, le peintre nous raconte un rêve.

Générique

Titre

Le Songe de la lumière

Réalisateurs

Victor Erice

Pays

Espagne

Année

1992