La Décomposition de l’âme
Nina Toussaint, Massimo Iannetta
Belgique, Allemagne, 2002, 82 min

La Décomposition de l’âme, Nina Toussaint, Massimo Iannetta, Belgique, Allemagne, 2002, 82’

Synopsis

Berlin-Hohenschönhausen n’était pas un lieu de détention ordinaire. Cette ancienne prison préventive de la STASI n’apparaissait pas sur les cartes de Berlin-Est et avait la sinistre particularité de compter autant de pièces d’interrogatoire que de cellules. Sa véritable fonction était la "décomposition" psychologique.

Berlin-Hohenschönhausen n’était pas un lieu de détention ordinaire. Cette ancienne prison préventive de la STASI n’apparaissait pas sur les cartes de Berlin-Est et avait la sinistre particularité de compter autant de pièces d’interrogatoire que de cellules. Symbole du système de répression de l’ex-RDA, sa véritable fonction était la "décomposition" psychologique.
Trois témoignages font aujourd’hui écho à cette topologie de la terreur, en l’absence des tortionnaires…
"Il y a toujours des gens qui disent : on ne peut pas changer les hommes par la force.
Eux disent : ce n’est pas si sûr, nous connaissons notre métier et avons beaucoup de temps". Jürgen Fuchs

Générique

Titre

La Décomposition de l’âme

Réalisateurs

Nina Toussaint
Massimo Iannetta

Production

CBA

Pays

Belgique, Allemagne

Année

2002

Distinctions

2003 : États généraux du film documentaire - Lussas (France) - Incertains Regards
2003 : FIPA (Festival International de Programmes Audiovisuels) - Biarritz (France) - FIPA d’Argent Documentaires de création et essais
2002 : Filmer à tout prix - Bruxelles (Belgique) - Sélection