La Clôture
Tariq Teguia
Algérie, France, 2002, 23 min / Couleur

La Clôture, Tariq Teguia, Algérie, France, 2002, 23’

Synopsis

À travers le cri de jeunes Algérois vivant dans le renoncement, Haçla (la clôture) tente de donner à voir et à entendre, dans le labyrinthe d’impasses que constituent Alger et ses environs, une société bloquée, refermée sur elle-même, où le cadre de la parole devient le seul espace de liberté individuelle.

Avec Sofiane Medraoui, Lali Maloufi, Fethi Ghares, Kader Affak, Sofiane Aïchoune, Ouahid Benhallah
Le cri de jeunes Algérois comme seul espace de liberté individuelle.
À travers le cri de jeunes Algérois vivant dans le renoncement, Haçla (la clôture) tente de donner à voir et à entendre, dans le labyrinthe d’impasses que constituent Alger et ses environs, une société bloquée, refermée sur elle-même, où le cadre de la parole devient le seul espace de liberté individuelle.

(…) Olivier Barlet : Tes deux courts métrages (Ferraille d’attente et La clôture) illustrent une recherche de forme qui me fait penser à ces albums monographiques sur des peintres dont on voit les premières œuvres qui se cherchent et un style qui peu à peu se met en place. Une permanence se dessine cependant dans le confinement, l’enfermement, le désœuvrement si présent dans ce que disent les jeunes de La Clôture.

Tariq Teguia : Oui, cela fait longtemps que je n’avais pas revu La Clôture et je suis frappé de l’actualité de ce qu’ils disent, notamment cette volonté de fuir la société algérienne : il n’y a jamais eu autant de volontaires pour prendre une barque et traverser la Méditerranée ! Si l’on choisit les armes du cinéma, il faut en faire autre chose qu’un article. Mon obsession est que la forme soit le discours lui-même. Jusqu’à Rome plutôt que vous, ce sont les mêmes questions : Alger, sa banlieue, ce décor, comment ils traversent ces espaces, ce qu’ils en font, comment ils négocient tout ça, quelles sont leurs alternatives, les lignes de fuite possibles. C’est un travail formel qui me gêne un peu aujourd’hui car ça encombre. J’ai essayé aujourd’hui d’assécher les choses. La grande affaire a été la désertification.

Olivier Barlet : Ce sont des films qui ne sont pas bavards.

Tariq Teguia : J’espère ! En même temps, il y a beaucoup de parole dans La Clôture. Il était question de mettre la parole en scène, procédé que l’on retrouvera aussi dans Inland. Cela peut être drôle : on peut être mi-sérieux, mi-amusé, catégorique, péremptoire, hésitant, bafouillant, bégayant, tout ça en même temps… (…)

Extraits d’un entretien réalisé par Olivier Barlet pour www.africultures.com

Générique

Titre

La Clôture

Titre original

Haçla

Réalisateurs

Tariq Teguia

Image

Djamel Khitab

Son

Samir Sauva
Yacine Teguia

Montage

Andrée Davanture

Production

Mandala productions
Neffa Films

Distribution

Documentaire sur grand écran

Pays

Algérie, France

Année

2002

Support

Beta SP, DVD

Distinctions

2019 : Festival de Cinéma de Douarnenez - Gouel Ar Filmou - Douarnenez (France) - Sélection "Algériennes, Algériens"
2004 : Cinemed - Festival International du Cinéma Méditérranéen de Montpellier - Montpellier (France) - Sélection officielle
2004 : JCC Journées Cinématographiques de Carthage - Carthage (Tunisie) - http://www.neffafilms.dz/la_cloture
2003 : FIFAM - Festival International du Film d’Amiens - Amiens (France) - Sélection officielle
2003 : Festival international du film de Berlin - Berlinale - Berlin (Allemagne) - Panorama
2003 : Festival International du Film de Marrakech - Marrakech (Maroc) - Prix spécial du jury du court métrage

****