L’Homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours
André S. Labarthe
France, 1987, 110 min / Couleur

L’Homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours, André S. Labarthe, France, 1987, 110’

Synopsis

Lorsqu’il rend hommage au géant Orson Welles, André S.Labarthe tourne une œuvre picaresque en forme de polar dont Hollywood est le décor, le héros un réalisateur hongrois alcoolique, et l’enjeu : une enquête sur les traces que Welles a laissées à Hollywood, parmi ceux qui l’ont connu. Un film “à la manière de”, un exercice de style éblouissant.

Dans une interview accordée aux Cahiers du Cinéma, Orson Welles affirme : “L’art surpasse la réalité.”
Que la réalité fabriquée par du cinéma soit plus vraie que les faits, Labarthe en est persuadé et quand il rend hommage au géant du cinéma américain, il choisit de tourner une fiction en forme de polar dont Hollywood est le décor, le héros, un réalisateur hongrois alcoolique, et le thème : la mort du père - mais l’admiration que Labarthe porte à son ainé, persécuté par le système hollywoodien, elle, est bien réelle. Elle se donne libre cours dans un film “à la manière de”, un exercice de style éblouissant où le cinéaste français nous fait la démonstration de sa maîtrise, de son talent et qui a la force du “mentir-vrai”.

À propos du film

«  Pendant 15 ans, Janine Bazin et moi avons couru après un Orson Welles insaisissable que nous ne parvenions à localiser puis à sédentariser autour d’une table de restaurant que pour le voir s’enfuir en nous faisant la promesse que la prochaine fois… En dépit des interventions de Melville et de Truffaut il n’y a pas eu de prochaine fois. Il n’y a donc pas eu de «  Cinéma, de notre temps  » consacré à Orson Welles. Lorsqu’il meurt en 1985, j’ai pensé que cette fois il ne pourrait plus m’échapper. Mais je me heurtais à un dernier tour de prestidigitation  : il s’était fait incinérer.  » André S. Labarthe\n

Générique

Titre

L’Homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours

Réalisateur

André S. Labarthe

Auteur

André S. Labarthe

Image

Jacques Audrain

Son

Bo Harwood

Montage

Danielle Anezin

Distribution

Documentaire sur grand écran

Pays

France

Année

1987