I comme Iran
Sanaz Azari
Belgique, 2014, 50 min / Couleur

I comme Iran, Sanaz Azari, Belgique, 2014, 50’

Synopsis

Bruxelles, dans le huis clos d’une salle de classe.
A partir d’un manuel datant de la révolution islamique, la réalisatrice apprend à lire et écrire le persan, sa langue maternelle.

Bruxelles, dans le huis clos d’une salle de classe.
A partir d’un manuel datant de la révolution islamique, la réalisatrice apprend à lire et écrire le persan, sa langue maternelle.
Au fil des leçons, son professeur lui transmet les rudiments de la langue, porte d’entrée vers l’histoire et la culture iraniennes. Progressivement, le didactisme des leçons est détourné en un collage poétique et visuel qui met en jeu la notion de liberté et questionne le sens d’une révolution.

À propos du film

"Comment parler de l’Iran aujourd’hui ? Comment le faire lorsqu’on l’a quitté enfant et que la langue persane elle-même est devenue étrangère ?
À ces questions, Sanaz Azari propose une réponse d’une simplicité toute philosophique. Quelque part en Belgique, dans une salle de classe, elle apprend à lire et à écrire sa langue maternelle. Sur son pupitre, un livre de lecture datant de la révolution islamique. Devant elle, un tableau noir, sur lequel le professeur, un iranien grisonnant, exilé lui aussi, trace avec minutie des mots et des phrases — pas si anodins. « Papa ne donne pas de pain, car il n’y a pas de travail », lit-on au tableau. De ces mots laborieusement déchiffrés, de ces images figées dans le temps, surgit quelque chose de bien plus vaste.
C’est là la méthode que choisit Sanaz Azari, tout en modestie, pour questionner la révolution. Le choix d’une caméra subjective nous place à ses côtés, en position d’élève, attentifs aux plus petits détails, à l’écoute d’un professeur prompt à évoquer les événements de 1979 autant que le bon vin de Shiraz. Sa familiarité avec l’Iran, ses remords et sa nostalgie contrastent avec les hésitations, la laborieuse persévérance et les souvenirs lointains de la réalisatrice, qui cherche le chemin vers ce pays qu’elle ne connaît pas. Un chemin difficile et tortueux, comme celui de la révolution, au bout duquel une souris peut accoucher d’une montagne." Charlotte Garson, FID Marseille

Dossier de presse

Articles de presse

Générique

Titre

I comme Iran

Réalisateur

Sanaz Azari

Image

Vincent Pinckaers

Son

Matthieu Roche
Frédéric Meert

Montage

Effi Weiss

Pays

Belgique

Année

2014

Distinctions

Mention spéciale du Prix Georges de Beauregard International, Fid Marseille, 2014