Froide patrie
Volker Koepp
Allemagne, 1995, 152 min

Froide patrie, Volker Koepp, Allemagne, 1995, 152’

Synopsis

Polonais, Lituaniens, Russes, Allemands, mais aussi Kazakhes et Arméniens, ils sont les témoins, les victimes, de marchandages qui impliquèrent migrations et déracinements dans un territoire aux confins de l’Europe, bordé par la mer Baltique.

Kaliningrad. Ancienne partie du puissant Etat d’Allemagne du Nord au XVIe
siècle, la Prusse-Orientale fut partagée entre l’URSS et la Pologne en 1945. Sa capitale Königsberg devient Kaliningrad. A travers les témoignages de ses habitants, Volker Koepp esquisse le portrait d’une population composite. Polonais, Lituaniens, Russes, Allemands, mais aussi Kazakhes et Arméniens, tous victimes de migrations forcées et déracinements douloureux.

À propos du film

« Au bord de la mer Baltique, la Prusse, cet ancien état d’Allemagne au XVIe siècle, dépossédé de la moitiéde son territoire par les guerres napoléoniennes, retrouva sa puissance au XIXe siècle avec Guillaume 1er. Mais au sortir de la guerre en 1945, ce territoire fut divisé en la Prusse-Occidentale, une province de l’ancienne Prusse restituée à la Pologne, et en la Prusse-Orientale, qui, elle, se vit partagée entre l’U.R.S.S.et la Pologne. Sa capitale, Konigsberg, devient Kaliningrad.
Le considerable travail de Volker Koepp consiste à dégager dans cette lointaine province tout à la fois des portraits singuliers de différentes personnes et à esquisser un état des lieux de la mentalité collective d’une population composite. Car ces gens viennent de cultures, de langues, d’expériences différentes. Polonais, Lituaniens, Russes, Allemands, mais aussi Kazakhes et Arméniens, ils sont les témoins, les victimes, de marchandages territoriaux et politiques qui impliquèrent migrations forcées et déracinements douloureux.Telle cette Allemande évacuée en 1944 de sa Prusse natale par les Soviétiques et qui retourne sur les terres de sa culture pour montrer au cinéaste la maison de son enfance. Ce qui frappe alors l’attention est la sérénité de cette femme qu’aucune violence n’anime, aucune revendication ni agressivité. En elle, comme en nombre d’autres personnes rencontrées par Volker Koepp, bat une respiration profonde, une désillusion lucide et une espèce de sagesse désabusée, forgées par les aléas de l’Histoire. »
Jean Perret - in catalogue Visions du Reel, 2008.

Générique

Titre

Froide patrie

Titre original

Katle Heimat

Réalisateurs

Volker Koepp

Image

Thomas Plenert

Montage

Angelika Arnold

Production

DEFA-Stiftung
Dokfilm

Distribution

Progress Film-Verleih GmbH

Pays

Allemagne

Année

1995

Distinctions

Prix du public au festival Visions du Réel, 1995, Nyon, Suisse.
Prix du film allemand (Filmband Gold) pour la meilleure photographie 1995