F FOR FAKE (Vérités et mensonges)
    Orson Welles
    France, Iran, Allemagne, 1973, 88’
    Un film essai d’Orson Welles sur « le délicieux mensonge » de l’œuvre d’art, une variation sur les rapports du créateur avec sa création et « toute la vérité » sur un des plus grands faussaires, Elmyr de Hory.
    Face Value
    Johan Van Der Keuken
    Pays-Bas, 1990, 120’
    Refusant la linéarité du récit, le cinéaste propose une véritable polyphonie des apparences, une cartographie de visages, reflet d’une Europe imaginaire et partielle, entre Londres, Marseille, Prague et Pays-Bas. La richesse de ce kaléidoscope est fascinante, servie par un travail sur l’image comme toujours remarquable.
    Falaknâz
    Sahar Salahshoor
    Iran, 2015, 59’
    Falaknâz, une femme à la force de caractère étonnante, vit avec ses deux filles dans un petit village de l’ouest de l’Iran. Depuis les nombreuses activités agricoles jusqu’aux élections, le film rend compte, au fil des saisons, de la vie quotidienne de la famille.
    Faux et usage de faux
    Jacques Falck
    France, 1999, 52’
    En 1942, Adolfo Kaminski a 17 ans. Entraîné malgré lui dans la guerre, il fabrique de faux papiers et permet à des milliers d’individus d’échapper aux persécutions.
    Femmes d’Aubervilliers
    Claudine Bories
    France, 1977, 29’
    “Je voulais que ce film soit un portrait des femmes de la rue : un seul visage, une seule parole, une seul lieu, Aubervilliers. J’étais alors actrice et “engagée”. C’était mon premier film." Claudine Bories
    Les Femmes des douze frontières
    Claudine Bories
    France, 2004, 65’
    Du 5 mai au 10 juin 2002, une cinquantaine de femmes militantes des pays d’ex-Yougoslavie et d’Albanie se sont réunies pour traverser ensemble les frontières imposées, réelles ou imaginaires, entre leurs pays, entre leurs communautés
    Fernand Deligny, à propos d’un film à faire
    Renaud Victor
    France, 1989, 67’
    Le dernier essai cinématographique issu de la longue complicité entre Renaud Victor et Fernand Deligny, qui parle de son travail, de ses recherches incessantes sur l’autisme et de sa démarche cinématographique.
    Ferrailles d’attente
    Tariq Teguia
    Algérie, France, 1998, 7’
    Ce film, essai vidéo et photo nous renvoie au chantier permanent qu’est le paysage algérien.
    Fifi hurle de joie
    FARAHANI Mitra
    États-unis, 2013, 96’