A Dancer’s World
Peter Glushanok
États-Unis, 1957, 30 min

A Dancer’s World, Peter Glushanok, États-Unis, 1957, 30’

Synopsis

A Dancer’s world est un film magnifique car il montre de la danse là où on ne l’attendait pas : le moment de la répétition dans le studio pourrait provoquer une sensation d’aridité, de monotonie, mais le montage alterné crée une atmosphère artistique qui se rapproche des carnet de dessins de Léonard de Vinci.

A Dancer’s world est un film magnifique car il montre de la danse là où on ne l’attendait pas : le moment de la répétition dans le studio pourrait provoquer une sensation d’aridité, de monotonie. Mais le montage alterné, entre la loge où l’on voit Martha Graham se maquiller pour "Night Journey" tout en méditant sur la formation du danseur, et les séquences de danse dans le studio de la compagnie, crée une atmosphère artistique qui se rapproche des carnet de dessins de Léonard de Vinci. Le corps devient le fusain qui tire des grains de l’espace, des clartés nouvelles. dans l’atelier nous assistons au passage de l’exercice à la figure. C’est un film sur le rayonnement sobre, le rayonnement qui naît de la transparence et qui diffuse une tension, une visibilité progressive.

Générique

Titre

A Dancer’s World

Réalisateur

Peter Glushanok

Pays

États-Unis

Année

1957