06/03/2018 à 19h & 0h | Forum des Images, Paris (75)
Doc & Doc
L’Algérie filmée entre utopie et dystopie

L’Algérie filmée entre utopie et dystopie

En deux films puissants et poétiques, de jeunes cinéastes algériens expriment la tragédie de la décennie noire vécue par leur génération, fille des indépendances, aujourd’hui perdue entre espoir et amertume.

Dans la foulée du cinéaste algérien Tariq Teguia, Hassen Ferhani et Djamel Kerkar fouillent l’imaginaire de la jeunesse algérienne en quête de son avenir. Un mouvement entre la fierté de l’indépendance gagnée et l’humiliation de leur condition d’aujourd’hui. Entre utopie et dystopie, une génération est ici filmée de l’intérieur. Dans le huis-clos d’un univers de travail répétitif pour l’un, dans l’espace en reconstruction d’un village martyre pour l’autre. Au rythme salvateur du raï, de la musique chaabi et du rap.

Intervenants

En présence de Djamel Kerkar.

Séances

Mardi 06/03/18 à 19h | Forum des Images, Paris (75)

Dans ma tête un rond-point
Hassen Ferhani
Algérie, France, Liban, Qatar, 2015, 100’
Dans le plus grand abattoir d’Alger des hommes vivent et travaillent à huis-clos aux rythmes lancinants de leurs tâches et de leurs rêves. L’espoir, l’amertume, l’amour, le paradis et l’enfer, le football se racontent comme des mélodies de Chaabi et de Raï qui cadencent leur vie et leur monde.

Mardi 06/03/18 à 21h | Forum des Images, Paris (75)

Atlal
Djamel Kerkar
Algérie, 2016, 111’
Atlal signifie "ruines" en arabe mais renvoie également à une pratique dans la poésie préislamique qui consiste à se tenir face aux ruines pour en faire resurgir une mémoire. Le réalisateur a posé sa caméra à Ouled Allal, un village totalement déserté en 1996 par ses habitants, théâtre des affrontements entre l’armée et les terroristes.