Du 20/11/2013 au 26/11/2013
La Filmothèque du Quartier Latin, Paris (75)

New York Underground
A l’affiche du Bleecker Street Cinema dans les années 60

New York Underground

Focus sur le "nouveau cinéma américain" à l’affiche du Bleecker Street Cinema de New York dans les années 60
Du 20 au 26 novembre 2013 à la Filmothèque du Quartier Latin, Paris
Cette programmation est reprise partout en France.

1960, New-York, Bleecker Street. C’est dans ce quartier de Greenwich Village, à deux pas du Club où débutent Bob Dylan et Jimi Hendrix, que Lionel Rogosin décide d’installer sa salle de cinéma. Las de se battre pour projeter ses films ou ceux de ses amis, il crée ce lieu qui sera l’un des rendez-vous de la scène underground new-yorkaise jusqu’en 1974. Inauguré avec son film Come Back Africa, le Bleecker Street Cinema accueille nombre des films de la "neuvième vague" de metteurs en scène, parmi lesquels Shirley Clarke, John Cassavetes, Robert Frank, Jonas et Adolfas Mekas, Morris Engel, Andy Warhol… Le Bleecker Street Cinema est alors l’un des cinémas new-yorkais où se jouent les batailles mais aussi les grands défis esthétiques et politiques emblématiques du cinéma indépendant de ces années soixante. Un cinéma léger, libre et débridé qui fait écho à l’esprit du cinéma documentaire contemporain.

Les petites caméras HD d’aujourd’hui répondant aux caméras 16 mm d’hier. Les images de contestation d’hier répondant au cinéma activiste d’aujourd’hui. Cette effervescence créatrice et politique des années soixante se cristallise dans un mouvement appelé "New American Cinema" emmené par Lionel Rogosin, avec Jonas et Adolfas Mekas, Shirley Clarke, Bob Downey. Les films réalisés en totale indépendance d’Hollywood -voire contre Hollywood- deviennent emblématiques d’un cinéma direct, d’un cinéma poétique, d’un cinéma expérimental ou d’un cinéma politique soucieux de montrer l’envers du décor hollywoodien, l’autre face du rêve américain. Une explosion des thèmes, des styles et des genres chroniquée avec humour et passion dans la revue Film Culture par l’un de ses protagonistes, Jonas Mekas.

Les quatre ou cinq salles "art et essai" de New-York se partagent cette étonnante production. A l’affiche du Bleecker, on trouve ainsi majoritairement les films politiques d’une nouvelle génération de cinéastes activistes qui s’élèvent contre la guerre du Vietnam, pour les droits civiques des minorités ou la reconnaissance de la culture gay (Emile de Antonio, Lionel Rogosin, Shirley Clarke, Kate Millet, Storm de Hirsch…), tandis que les mythiques séances de minuit sont pleines de l’effervescence des avant-gardes du cinéma expérimental (Jonas Mekas, Kenneth Anger, Warren Sonbert…). Les Nouvelles Vagues française et tchèque y sont également très présentes.

A travers la reprise de ces quatorze films sélectionnés dans la programmation du Bleecker Street Cinema des années soixante, école d’un cinéma indépendant pour nombre de jeunes cinéastes parmi lesquels Martin Scorsese, John Cassavetes, Milos Forman ou Francis Ford Coppola, nous vous offrirons un bel aperçu de la formidable pulsation de cette "renaissance du cinéma américain", comme l’a qualifiée Dominique Noguez. Et, point d’orgue de cette semaine new-yorkaise, nous profiterons d’une séance spéciale autour du portrait de Shirley Clarke par André S. Labarthe et Noël Burch, Rome is burning, pour échanger sur les influences réciproques des Nouvelles Vagues française et américaine, à l’occasion d’une "Rencontre entre deux Nouvelles Vagues" en compagnie d’André S. Labarthe, Jackie Raynal (qui poursuivit l’aventure du Bleecker Street Cinema après Lionel Rogosin) et Eleni Tranouli, le dimanche 24 novembre après-midi.

Annick Peigné-Giuly, Hélène Coppel
Documentaire sur grand écran

Organisateur

Documentaire sur grand écran

Intervenants

En présence de Federico Rossin, Christian Lebrat, Thierry Jousse, Eleni Tranouli, Jackie Buet, Martha Kirszenbaum.

Séances (9)


Mercredi 20/11/13 à 22h30 | La Filmothèque du Quartier Latin, Paris (75)

Soirée d’ouverture Précédé de deux entretiens réalisés par Michaël Rogosin avec Martin Scorsese et Lionel Rogosin. (environ 15’ ) Séance suivie d’un débat avec Mickaël Rogosin (fils de Lionel Rogosin, réalisateur de "The perfect Team : Making of de On the Bowery") et Jackie Raynal (cinéaste monteuse, a repris le Bleeker Street Cinema à la suite de Lionel Rogosin).

On the Bowery
Lionel Rogosin
États-Unis, 1956, 62’
Ray, un cheminot à bout de ressources, échoue sur le Bowery, le quartier des clochards à New York. Il traîne dans les bars, offre des verres aux alcooliques et fait des rencontres éphémères. Dès le premier soir, il s’écroule dans la rue et se fait voler sa valise par son compagnon de circonstance. Le lendemain, Ray se met en quête d’un travail…

Jeudi 21/11/13 à 20h30 | La Filmothèque du Quartier Latin, Paris (75)

Séance suivie d’un débat avec Federico Rossin

Les Vétérans du massacre de My Lai
Joseph Strick
États-Unis, 1971, 22’
Le massacre de My Lai, survenu pendant le guerre du Vietnam, a été une tuerie menée par des soldats américains contre des civils vietnamiens dont de nombreux femmes et enfants. Joseph Strick a interviewé cinq soldats impliqués dans ce massacre.
Vietnam, année du cochon
Emile De Antonio
États-Unis, 1969, 101’
C’est le premier film réalisé par un cinéaste américain pour tenter d’expliquer les raisons profondes de la guerre au Vietnam.

Vendredi 22/11/13 à 20h30 | La Filmothèque du Quartier Latin, Paris (75)

Séance présentée par Christian Lebrat, cinéaste, photographe, président des Editions Paris Expérimental. Il a notamment co-dirigé "Jonas Mekas : le livre de Walden", Paris Expérimental 1999 et publié "Ciné-journal, un nouveau cinéma américain" par Jonas Mekas, Paris Expérimental 1992.

Walden
Jonas Mekas
États-Unis, 1964, 180’
"Depuis 1950, je tiens un journal filmé. Je me promène avec ma Bolex en réagissant à la réalité immédiate : situations, amis, New York, saisons."Jonas Mekas

Samedi 23/11/13 à 18h50 | La Filmothèque du Quartier Latin, Paris (75)

Séance suivie d’un débat avec Thierry Jousse, rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, animateur de "Cinéma song" sur Franc Musique. Il est notamment l’auteur de "John Cassavetes", Ed. Cahiers du Cinéma, 1989.

Amphétamine
Warren Sonbert
États-Unis, 1966, 10’
Warhol. À la fois enjoué et provocant, AMPHETAMINE dépeint de jeunes gens se shootant aux amphétamines et faisant l’amour à l’ère du sexe, drogues et rock’n’roll.
Mingus in Greenwich Village
Thomas Reichman
États-Unis, 1968, 58’
Une nuit avec Charlie Mingus dans son loft de Greenwich Village, alors qu’il attend d’être expulsé par la police.

Samedi 23/11/13 à 21h | La Filmothèque du Quartier Latin, Paris (75)

Séance suivie d’un débat avec Federico Rossin

Where Did Our Love Go?
Warren Sonbert
États-Unis, 1966, 15’
"L’époque de la Factory de Warhol... Des rencontres fortuites, Janis et Castelli ainsi que des vues de Bellevue... Malanga au travail... Des coups d’oeil sur Le Mépris et La Mort aux trousses... Des groupes rock de filles et l’ouverture d’une discothèque... Un film ultra-vivant sur ce qui est moderne. Mon second film." Warren Sonbert
Shadows
John Cassavetes
États-Unis, 1959, 87’
Benny est un jeune homme révolté qui passe son temps à jouer de la trompette et à traîner dans les rues de New-York avec ses amis Dennis et Tom. Hugh tente quant à lui de faire carrière comme chanteur de jazz, tandis que Lelia nourrit le rêve de devenir écrivain. Ils vivent sous le même toit, ils sont frères et sœur, et ils sont noirs.

Dimanche 24/11/13 à 15h30 | La Filmothèque du Quartier Latin, Paris (75)

RENCONTRE ENTRE DEUX NOUVELLES VAGUES La projection de "Rome is burning" sera suivie d’un échange sur les influences réciproques des nouvelles vagues française et américaine. Avec la participation de : - André S. Labarthe, cinéaste, écrivain de cinéma - Jackie Raynal, cinéaste, monteuse, a repris le Bleeker Street Cinema à la suite de Lionel Rogosin - et Eleni Tranouli, diplômée en architecture et titulaire du master 2 recherche en Cinéma et Audiovisuel de l’université Paris-3, auteur de "Les écrits de Maya Deren, 1936-1961 : historique, traduction et commentaire", Université Paris-3, 2013. , animée par Annick Peigné-Giuly

Peyote Queen
Storm De Hirsch
États-Unis, 1965, 9’
Un classique de la tendance psychédélique.
Rome is Burning: Portrait of Shirley Clarke
Noël Burch, André S. Labarthe
, 1996, 52’
La subversion est-elle soluble dans le cinéma ? Les films militants sont-ils efficaces ? Comment tourner hors du "système" ? Cinéaste expérimentale, "underground" disait-on à l’époque, Shirley Clarke répond en 1970 à Noël Burch, André S. Labarthe, Jacques Rivette et Jean-Jacques Lebel.

Dimanche 24/11/13 à 18h30 | La Filmothèque du Quartier Latin, Paris (75)

Séance suivie d’un débat avec Jackie Raynal, cinéaste, monteuse, a repris le Bleeker Street Cinema à la suite de Lionel Rogosin

The Cool World
Shirley Clarke
États-Unis, 1963, 100’
Le ghetto de Harlem. Duke, 15 ans, médite l’achat d’une arme afin de devenir chef de gang. Le désespoir, la misère, la discrimination raciale et leurs ravages dans la communauté noire fondent l’approche documentaire du film.

Lundi 25/11/13 à 20h | La Filmothèque du Quartier Latin, Paris (75)

Séance suivie d’un débat avec Martha Kirszenbaum, commissaire d’exposition indépendante, met actuellement en oeuvre "La fin de la nuit", une exposition en deux temps à Paris (Palais de Tokyo) et à Los Angeles (Los Angeles Contemporary Exhibitions), consacrée respectivement à l’influence visuelle de Kenneth Anger et de "L’Enfer" d’Henri-Georges Clouzot.

Pull My Daisy
Alfred Leslie, Robert Frank
États-Unis, 1959, 28’
Un évêque (Richard Bellamy) et sa mère (Alice Neel) vont voir Milo, un cheminot (Larry Rivers). Dans l’appartement traînent ses amis poètes qui interrogent l’évêque sur le sens de la vie et sur les relations entre profane et sacré.
Scorpio Rising
Kenneth Anger
États-Unis, 1963, 31’
Une vision transcendée du mythe du motard américain. La machine comme totem, du jouet à la terreur. Thanatos en chrome et cuir noir

Mardi 26/11/13 à 21h | La Filmothèque du Quartier Latin, Paris (75)

SOIREE DE CLOTURE Séance suivie d’un débat avec : - Michaël Rogosin, fils de Lionel Rogosin, réalisateur de "The perfect Team : Making of de On the Bowery" - Eleni Tranouli, diplômée en architecture et titulaire du master 2 recherche en Cinéma et Audiovisuel de l’université Paris-3, auteur de "Les écrits de Maya Deren, 1936-1961 : historique, traduction et commentaire", Université Paris-3, 2013 - et Jackie Buet, directrice et fondatrice du Festival International de Films de Femmes de Créteil

Meshes of the afternoon
Maya Deren
États-Unis, 1943, 14’
court métrage expérimental réalisé par le couple Maya Deren et Alexander Hammid en 1943. L’intrigue du film est circulaire et répète des images psychologiques à caractère symbolique, telles qu’une fleur sur une longue route, une clé en train de tomber,une mystérieuse figure habillée en Faucheuse et ayant un miroir pour visage...
Three Lives
Kate Millett
États-Unis, 1971, 70’
Trois femmes se racontent : la soeur de la réalisatrice, Mallory Millett-Jones, la chimiste Lillian Shreve, et l’artiste Robin Mide.