19/06/2024 à 18h30 | Forum des images, Paris (75),
Rencontres de Documentaire sur grand écran
Libération / Critique / Cinéma
Réflexions sur le champ documentaire

Documentaire sur grand écran

Libération propose un espace critique sans équivalent au cinéma. Une écriture et des styles, parfois imités, rarement égalés ; mais aussi injustes, agaçants, relevant parfois de l’entre-soi. Comment est né ce monument critique ? Quels furent le rôle et la place de Serge Daney ? Enfin, quid des renouvellements nécessaires, qui ménagent de la nouveauté dans la tradition, imposent des signatures féminines et plus diverses, font naître d’autres débats ?

Des pages tous les mercredis, un cahier quotidien Cannes durant, des signatures connues, lues, craintes, Libération a proposé, et propose toujours, un « espace critique » sans équivalent au cinéma. Une écriture et des styles, parfois imités, rarement égalés. Injuste, agaçant, entre-soi, on a parfois reproché quelques travers au journal. Est-il au cœur du fameux « Triangle critique » ou plutôt l’un de ses coins ?
Pourtant, peu d’analyses, peu de témoignages, peu de récits éclairent ce pôle critique en cinquante ans d’existence. Comme si une évidence s’imposait et qu’on ne l’interrogeait pas : la critique de cinéma en France, ce serait d’abord « Libé » ?
On voudrait, au contraire, poser quelques questions à ce monument critique !
D’abord, comment est-il né, alors que les origines gauchistes du quotidien ne prédisposaient pas, par une méfiance à l’égard de tout « discours d’esthète », à la mise en place de cet espace critique.
Ensuite, le rôle et la place de Serge Daney, venu des Cahiers du cinéma en 1981, dans la fondation d’un « service cinéma » à Libération. Puis, la constitution d’une « équipe critique », complémentaire, d’un talent certain, et d’une étonnante stabilité sur près de trois décennies.
Enfin, au présent, quid des renouvellements nécessaires, qui ménagent de la nouveauté dans la tradition, imposent des signatures féminines et plus diverses, font naître d’autres enjeux et d’autres débats ?
Qu’est-ce qui fait lien, in fine, dans ce demi-siècle critique ? Et qu’est-ce qui tranche, aussi, faisant de Libération un journal-cinéma à nul autre pareil ?

Antoine de Baecque

Avec Antoine de Baecque, Pierre Eugène, Jean-Marc Lalanne, Gérard Lefort, Sandra Onana, Annick Peigné-Giuly, Didier Peron, Marcos Uzal.

Discussion suivie d’une projection du film Les Cinéphiles de Louis Skorecki à 20h45

Organisateur

Documentaire sur grand écran

Intervenants

En présence de Antoine De Baecque (critique) .

Séances (1)


Mercredi 19/06/24 à 20h45 | Forum des images, Paris (75)

Les Cinéphiles
SKORECKI Louis
France, 1989, 75’
Des groupes se font, se défont, se croisent, ils ont en commun d’aller au cinéma, d’en parler souvent, de se connaitre les uns autres, deux par deux, trois par trois, au hasard des rencontres. Ils vont voir des films au lieu de faire autre chose, peut-etre. Ils s’aiment de temps en temps, peut-etre. Ils se disputent aussi. Jean est à part dans cette bande qui n’en est pas une. Comme dit David "il fait vieux, il est un peu...". C’est, en fait, le seul "vrai" cinéphile. Revenu de tout, il regarde la télé en pensant que, décidément, le cinéma est bel et bien enterré.