09/01/2024 à 18h30 & 21h | Forum des images, Paris (75),
Doc & Doc
Portraits en abîme

Documentaire sur grand écran

Fifi hurle de joie et Apolonia, Apolonia dépeignent deux portraitistes, l’un à l’orée de son ultime création, l’autre à l’aube de son œuvre. Dans les deux films, la relation qui se noue entre le peintre et la cinéaste contrecarre les lois du marché de l’art.

Dans Fifi hurle de joie (2013) et Apolonia, Apolonia (2023), Mitra Farahani et Lea Glob s’illustrent par leur habileté à s’introduire dans l’atelier d’un·e artiste au travail, respectivement Bahman Mohasses, octogénaire iranien en exil en Italie, et Apolonia Sokol, étudiante aux Beaux-Arts de Paris, bientôt adoubée par le marché de l’art international. Le geste des deux cinéastes dialogue intimement avec ceux des peintres filmé·e·s. Elles mettent en tension le caractère figé de la peinture avec la durée propre à cette rencontre cinématographique. Glob comme Farahani acceptent que le cadre qu’elles posent soit sans cesse déplacé par leur sujet, induisant ainsi une immuable réflexivité pour les filmeuses.

Organisateur

Documentaire sur grand écran

Séances (2)


Mardi 09/01/24 à 18h30 | Forum des images, Paris (75)

Fifi hurle de joie
Mitra Farahani
Etats Unis, 2013, 96’
Bahman Mohasses est un peintre iranien exilé à Rome depuis 1954. Lorsque Mitra Farahani le retrouve dans sa chambre d’hôtel italienne, c’est un vieil homme, dandy solitaire, qui ne crée plus (…)

Mardi 09/01/24 à 21h | Forum des images, Paris (75)

Apolonia, Apolonia
GLOB Léa
France, 2022, 116’
Quand en 2009, la réalisatrice Lea Glob rencontre Apolonia, une enfant de la bohème parisienne élevée parmi une communauté d’artistes fréquentant le théâtre fondé par son père, elle ne se doute pas qu’elle va la filmer pendant treize ans. Par touches successives, la cinéaste danoise compose le subjuguant portrait d’une jeune femme qui nous emporte dans sa quête d’émancipation créatrice.