Aller au contenu principal

FILM

Petits oiseaux et grands savants
Réalisateur(s):
Auteur(s):
Producteur:
Montage:
France
Couleur
2004, 52 minutes

Il était une fois un Royaume, peuplé de tout petits oiseaux. Ils chantaient, volaient, libres comme l’air, disait-on. Pas seulement. Quel mystère habitait donc leur vie ?
Un beau jour, le Roitelet, Roi de tous les petits oiseaux qui chantent, se met à conter leur histoire, et nous emmène là où personne ne va jamais…
Au fil des saisons, il nous fait découvrir son Royaume, niché sur la grande dune de Courlande, en pleine mer Baltique. Il observe les Savants qui, depuis plus de cent ans, tentent de comprendre la grande épopée de son petit peuple ailé.
En leur mettant une bague à la patte, ils ont découvert que les petits oiseaux migraient.
Migrer ! Pourquoi ? Comment ? A quel prix ?
Un film conté par un oiseau de quelques grammes, qui nous fait ressentir la fragilité de la destinée des passereaux, soumise depuis peu aux changements climatiques de notre planète.

Prix du Jury au Festival de Ménigoute-2004
Prix du Président du Festival Ekotopfilm-2004 Prix de l'Education et de l'Environnement au Festival Cineeco-2004
Mention spéciale Festival du film animalier Vaasa-2004
Prix du meilleur documentaire aux Rencontres Cinéma Nature de Dompierre-2005

Disons-le tout net, ce film de Catherine Garanger (révélée avec « Dans la peau de l’ours » couronné de 13 prix) est une pure merveille. Enfin un documentaire qui raconte le monde animal avec une incroyable originalité. Une image puissante, épurée, soignée, un texte poétique et informatif – conté par Irène Jacob –, une très belle bande musicale pour un résultat plein d’émotion. Que savent les savants de la migration des oiseaux et comment s’y prennent-ils pour percer leurs mystères ? Ici, pas de scientifiques bavards. Si les chercheurs ne s’expriment pas, leurs faits et gestes sont explicités par l’intermédiaire d’un oiseau qui raconte aussi la vie et la mort de ses compagnons, au fil des saisons, dans la Grande Russie. Car les savants, écrit Garanger avec une subtile arrogance « inscrivent des chiffres sur leur pense-bête ; le pense-bête peut penser, il ne comprend pas. Peut-être faut-il pour penser être à l’intérieur de la bête... » Et de montrer à la fin un « savant russe au grand cœur » qui réchauffe les petits oiseaux pétrifiés de froid et leur fait partager sa vodka. Un film épatant donc, qui n’oublie pas non plus de tirer la sonnette d’alarme sur l’avenir si noir de la faune ailée. « Et si les hommes avaient trahi la terre qui nous nourrit ?, dit le roitelet, il n’y aurait plus de place pour les poètes et les enfants, ni pour les petits oiseaux ni pour les grands savants… »
Karine Lou Matignon - Télé Obs

Ce conte animalier nous emmène à la découverte du plus petit oiseau du monde, le passereau. Grâce au roitelet, roi de ces petits chanteurs, la fragilité de leur destinée et leur soumission aux changements climatiques nous sont racontés comme une fable. Ces créatures ont beau être toutes petites, elles sont étudiées par les plus grands savants de la planète!

Ce film figure dans le(s) Événement(s)