Aller au contenu principal

FILM

DMB 91 au cœur de l'armée rouge
Réalisateur(s):
Producteur:
URSS
N&B + Couleur
1991, 78 minutes
Dans notre catalogue :
35 mm

"Le film est tourné majoritairement en noir et blanc. L'objectif suit un jeune soldat franchissant les étapes du service militaire en URSS pendant la perestroïka, offrant au spectateur une plongée au cœur de l’Armée soviétique au quotidien. L'action se déroule dans un camp militaire de formation pour équipages de chars en Sibérie. De l'incorporation à la démobilisation, nous suivons un groupe de conscrits au travers du regard de ce jeune homme et de ses lettres à sa famille. Au-delà de l'entraînement lui-même, ce sont toutes les facettes du désespoir que montrent ces images, de l'ennui profond au suicide. Une forte discrimination s'exerce à l'égard des conscrits venant des républiques d'Asie centrale. À l'extérieur de l'URSS, le monde bouge : c'est l'effondrement du mur de Berlin. À l'intérieur, les premiers conflits des républiques soviétiques indépendantistes secouent violemment le pays ; la "démobilisation" est dans les têtes — mais à l'intérieur du camp, sorte de microsociété, la vie continue dans un temps arrêté.
Ce film est l'un des plus importants du "cinéma-vérité" soviétique de cette période. Les autorités militaires soviétiques l'interdisent dès sa sortie. Il obtient néanmoins un prix au festival de Leningrad et est diffusé par de nombreuses télévisions européennes." CERCEC (Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen)

"Longtemps interdit d'écran, puis entravé par la censure, Alexis Khanutin a pu reprendre la caméra en 1987 (après sept ans d'abstinence en signe de protestation) avec Pyatachok, puis en 1990 avec un film qui restera un document exceptionnel sur la fin de l'armée la plus redoutée du monde : D.M.B.91 Au coeur de l'Armée Rouge. Pendant deux ans, à la faveur de la perestroïka gorbatchevienne, une équipe de cinéastes a pu partager la vie d'un camp de formation pour équipages de chars, en Sibérie, traversant, aux côtés d'un groupe de conscrits, la fin de l'Unioin soviétique. Interdit par les autorités militaires, le film a néanmoins obtenu le Grand prix du Festival International du film à Léningrad en 1991".

Le Documentaire un autre cinéma de Guy Gauthier, Ed. Armand Colin, 2005

Distinction(s)

1991 : FID (Festival International du Documentaire) - Marseille (France) - Grand Prix Vue sur les Docs

Pendant près de deux ans, de septembre 1989 à juin 1991, les caméras d'Alexei Khanutin se sont infiltrées dans les rouages humains de la plus puissante armée du monde, filmant sans contrainte les gestes quotidiens des jeunes appelés soviétiques, tous en attente de la «Démobilisation".

Ce film figure dans la Proposition de programmation