Aller au contenu principal
Dominique CABRERA

Cinéaste

Dominique Cabrera est née en Algérie, dans une famille pied-noir, rapatriée en France en 1962. Après l’IDHEC, ses premiers films documentaires la font connaître pour le regard original qu’elle porte sur la vie sociale en banlieue, Chronique d’une banlieue ordinaire et Une poste à La Courneuve.

En 1992, dans Rester là-bas, elle filme son retour à Alger à la rencontre des pieds-noirs qui sont restés « là-bas ».

Elle compose en 1995 Demain et encore demain, journal intime d’une cinéaste en proie à l’angoisse et au bonheur de vivre.

Elle réalise ensuite plusieurs films de fiction tissés d’inspiration documentaire et souvent peuplés d’interprètes issus du réel.

Son premier long métrage de fiction, L’Autre côté de la mer (1996), porte sur le déracinement des pieds-noirs exilés en 1962 et sur les Algériens contraints à l’exil dans les années 1990.

Les grèves de l’hiver 1995 à la SNCF inspirent Nadia et les hippopotames. En 2001, Le Lait de la tendresse humaine fait le portrait d’une mère

vacillante au bord du baby-blues.

Folle embellie (2004) fait vivre une alternative à l’enfermement psy- chiatrique pendant l’exode de juin 1940. Deux films pour la télévision suivent : un film noir (Quand la ville mord 2009) et une utopie politique sur la crise de la dette (Ça ne peut pas continuer comme ça ! 2011).

En 2013, elle signe Grandir, un ample long métrage autobiographique. En 2017, elle adapte le roman de Maylis de Kerangal, Corniche Kennedy, avec des jeunes Marseillais.